Aménager un jardin d’orage, notre projet au budget participatif

Notre commune fait partie du bassin versant de la Woluwe. C’est-à-dire qu’elle fait partie de la vallée de la Woluwe, elle-même constituée de deux versants séparés par un cours d’eau, la Woluwe.

Ensemble du territoire à l’intérieur duquel les eaux pluviales s’écoulent vers un même exutoire. La limite de ce territoire est définie par les points les plus élevés (crêtes) qui déterminent la direction d’écoulement. L’exutoire est généralement un cours d’eau situé en fond de vallée, mais à Bruxelles, où de nombreux ruisseaux ont été enterrés, il est souvent remplacé par un collecteur d’égout.

Définition bassin versant – Brusseau.be

Cette situation géographique offre à notre commune de magnifiques paysages ainsi qu’un chapelet d’espaces verts se déroulant tout le long du tracé de la Woluwe. Malheureusement, cette situation géographique est à double tranchant. En effet, le fond de la vallée de la Woluwe (au niveau du boulevard de la Woluwe) est régulièrement en proie à des inondations. Ces inondations sont principalement dues à la charge, de plus en plus importante, que doivent supporter nos égouts. Malheureusement, l’augmentation du nombre d’habitants et la réduction des surfaces perméables de notre région vont continuer à venir augmenter la charge d’un réseau d’égouttage déjà à bout de souffle.

Afin de soulager le réseau, il existe plusieurs solutions, mais la plus évidente est de sortir du réseau d’égouttage toutes les eaux de ruissellement et eaux de pluie qui n’ont pas besoin d’être acheminées vers une station d’épuration. Pour y parvenir, de nombreuses méthodes peuvent être mises en place, c’est ce qu’on nomme plus communément la « gestion de l’eau ».

Le projet proposé par notre association fait partie de ces nombreuses méthodes possibles afin de réduire l’impact des eaux de pluviale dans le réseau d’égouttage et donc limiter les risques d’inondation.

Notre projet consiste en la création d’un jardin d’orage, aussi appelé jardin de pluie, dans le terreplein constitué par le croisement situé à l’intersection de l’avenue de Mai, de l’avenue Speeckaert et de la rue Crocq. Pour ce faire, nous profiterons du réaménagement prévu par le Commune pour réaliser plusieurs ouvertures dans la bordure du terreplein afin de laisser pénétrer l’eau de ruissellement dans une fosse plantée préalablement excavée. Cette fosse, abondamment plantée, permettrait que l’eau, ainsi infiltrée, soit épurée. En cas de débordement de la fosse, une surverse serait installée et reliée au réseau d’égouttage proche.

La création de ce jardin d’orage est une opportunité pour réduire le volume d’eau pluviale amenée dans les égouts en cas d’orage intense et donc de réduire les risques d’inondations. De plus, ce jardin est également un soutien à la biodiversité par la création d’un nouvel écosystème eau/sol/plante. Par ailleurs il permettrait de réduire les effets des îlots de chaleur urbain de plus ne plus fréquent. Et surtout d’améliorer l’esthétique de l’intersection.

 « Un jardin de pluie ou d’orage consiste en un espace excavé, un creux plus ou moins profond, couvert de gazon ou d’une végétation plus variée. En cas de grosses pluies, l’eau peut s’y accumuler, y être stockée un certain temps, le temps de s’infiltrer dans le sol ou s’écouler à un débit régulé. Les jardins d’orage soutiennent la biodiversité, sont une source de plaisir visuel et sensoriel, favorisent le jeu et le bien-être et améliorent le microclimat local. »

Définition jardin d’orage – Brusseau.be

Si vous souhaitez plus d’information sur le projet, nous vous invitons à consulter le dossier de candidatures au budget participatif.

Vous souhaitez améliorer la gestion de l’eau ? Soutenez notre projet !

Il vous suffit de vous rendre sur la plateforme communale et de voter pour notre projet « Aménagement d’un jardin d’orage ». La plateforme vous permet de voter pour trois projets en tout, alors n’hésitez pas à soutenir également le projet des comités du haut Woluwe « De l’eau au parc Timmermans ».

Menu